En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies… Fermer

publicité

Google milite - L'éducation au numérique, ce n'est pas juste coder

Focus Métier : Demain, tous codeurs et ainsi tout ira bien ? Sundar Pichai, PDG de Google, prévient que la prochaine génération de travailleurs aura besoin d'une formation continue sur les compétences numériques. L'éducation et la formation doivent donc être repensées.

 

Le code est un élément essentiel de l'éducation aux technologies, mais il ne suffira pas à répondre aux besoins de la prochaine génération de travailleurs.

Dans un monde technologique en évolution rapide, les employés auront besoin d'une formation continue sur les compétences numériques de base, selon Sundar Pichai. Le directeur général de Google explique dans un article d'opinion publié jeudi par NBC News THINK que l'idée consistant à croire que éducation traditionnelle fournira pour la vie des compétences professionnelles est un vestige d'antan.

"Avec une technologie évoluant rapidement et de nouveaux domaines d'emploi émergeant et se transformant constamment, ce n'est plus le cas" écrit Pichai. "Nous devons nous concentrer sur la mise à disposition d'une éducation légère, continue et largement disponible.

"Bien que la technologie numérique devrait contribuer aux individus, elle peut souvent les éloigner de leurs propres emplois" juge-t-il encore.

Des formations, un peu, tout le temps

Les carrières dans le domaine de la technologie prennent rapidement le pas sur l'économie. L'emploi dans les domaines de la science, de la technologie, de l'ingénierie ou des mathématiques progressant deux fois plus vite que dans les autres professions. Les emplois dans les STEM ont augmenté de 10,5% entre mai 2009 et mai 2015, comparativement à 5,2% dans les emplois non-STEM, selon un rapport du Bureau of Labor Statistics de janvier 2017.

Les emplois liés à l'informatique ont été parmi ceux qui ont le plus progressé au cours de cette période. Et ils devraient augmenter de 12,5% de 2014 à 2024, selon le rapport.

Le dirigeant de Google note que les travailleurs sont aujourd'hui tenus d'avoir des compétences qui existaient à peine il y a cinq ans, comme un assistant administratif ayant besoin d'utiliser des programmes en ligne pour gérer les budgets, les horaires et la comptabilité, entre autres tâches.

Et il rappelle que ces compétences sont beaucoup plus faciles à apprendre que de coder. Sundar Pichai évoque le milliard de dollars consacré à de nouvelles initiatives de Google en 2017 pour former et éduquer les salariés dans le but de les aider à trouver un emploi et développer leur entreprise.

"Grâce à ces formations, les gens apprennent à utiliser la technologie pour la recherche, pour planifier des événements, analyser des données et plus" écrit Pichai. "Elles ne nécessitent pas un diplôme ou un certificat officiel."

Il estime voir en outre une "énorme opportunité" à repenser la formation pour d'autres emplois technologiques vitaux pour l'économie numérique, mais n'exigeant pas de connaissances en développement. Le PDG de Google cite par exemple le support IT, les personnes qui assurent la maintenance du matériel et des logiciels permettant à la technologie de fonctionner.

"Nous devons nous assurer que les prochains emplois seront de bons emplois, dans tous les sens" insiste Pichai. "Plutôt que de penser à l'éducation comme première partie, nous devons nous assurer que c'est un acte constant, naturel et simple au long de la vie - avec des cours légers, flexibles, des compétences et des programmes accessibles à tous."

Article "Google CEO: Tech education should be more than just coding" traduit et adapté par Christophe Auffray, ZDNet.fr

Articles relatifs

Contenus sponsorisés

Contenus partenaires

Réagissez à l'article

1 réponse
Connectez vous ou Enregistrez-vous pour rejoindre la discussion
    
  • Sundar Pichai, malin le bougre.
    Ils dit à vos rejetons d'apprendre à programmer, tandis que les siens feront Harvard avec au minimum un MBA (Management) pour être à la tête de vos rejetons.
    C'est ce qu'il a fait, avec son MBA et des milliers de codeurs sous lui. C'est royal. Faut que cela continue comme ça.

    Merci Mr Pichai pour vos précieux....
publicité