En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies… Fermer

publicité

Les conditions d'utilisation de Facebook condamnées en Allemagne


Technologie : Le tribunal régional de Berlin épingle les conditions d'utilisation de Facebbok Messenger et de Facebook, sous la pression des organisations de consommateurs. Un appel a été effectué par le plaignant et Facebook.

Facebook est à nouveau sur le gril en Allemagne. Le tribunal régional de Berlin a rendu un jugement le 16 janvier dernier qui affirme que les conditions d'utilisation du service sont contraires à la loi nationale sur la protection des données personnelles. Facebook a décidé de faire appel et a déclaré avoir procédé à d’importantes modifications des fonctionnalités qui lui sont reprochées depuis 2015.

 

L’affaire opposait le célèbre réseau social à la Fédération allemande des organisations de consommateurs (ou VZBV, pour Verbraucherzentrale Bundesverband). La VZBV a également décidé de faire appel du jugement.

Car les organisations de consommateurs ne se satisfont pas du jugement. Un des griefs reproché et sur lequel le tribunal ne s'est pas prononcé est la demande d’interdire la publicité « Facebook est gratuit ». Un message que la VZBV juge mensonger. « Les consommateurs ne paient pas l’utilisation de Facebook en euros, mais avec leurs données. Et ils apportent beaucoup d’argent à l’entreprise » note un représentant de la VZBV.

Facebook Messenger et l'indexation à l'index

Les autres griefs reprochés en Allemagne à la société de Mark Zuckerberg sont nombreux. La VZBV reproche à Facebook certains réglages par défaut de son application de messagerie instantanée Facebook Messenger. Le tribunal mentionne que son activation devrait d’abord être approuvée par l’utilisateur.

Autre décision du tribunal : la possibilité pour les moteurs de recherche, tels que Google ou Bing, d’indexer le profil Facebook d’un utilisateur devrait être désactivée par défaut. Cette possibilité est laissée à l'utilisateur de Facebook à l'heure actuelle, mais il doit le faire manuellement.

Facebook est sommé de se mettre en conformité avec la loi allemande, ou de payer une amende qui peut atteindre 250.000 euros "pour chaque infraction constatée".

Et les affaires de justice ne sont pas encore terminées pour Facebook en Allemagne, où l’office anti-cartel doit statuer sur un éventuel abus de position dominante. Facebook se voit reprocher d’utiliser les informations collectées sur d’autres services lui appartenant, comme Whatsapp et Instagram.

Articles relatifs

Contenus sponsorisés

Contenus partenaires

Réagissez à l'article

3 réponses
Connectez vous ou Enregistrez-vous pour rejoindre la discussion
    
  • En 2006, l'Allemagne nous a montré le chemin en mettant Walmart à la porte!
    Est-ce qu'ils sont en passe de récidiver en partie avec facebook?

    En attendant, le reste du monde sont sourds, aveugles et muets.

    Quand un monopole a le droit d'opérer dans un pays, la souveraineté nationale disparaît...
    ... Et c'est le peuple qui paye les pots cassés qui sont perdus à jamais!
      
    • Monopole ? Il existe des alternatives en matière de réseau social. S'il y a de nombreux usagers de Facebook, c'est que cela répond à leurs attentes. Sinon, propose, développe quelque chose de mieux que facebook.

      Et on t'accusera alors d'être en situation de monopole si tu fais mieux... Admets que c'est un peu crétin comme raisonnement.

      Ce n'est pas la situation de "monopole" de facebook qui pose problème si tu lis bien l'article (ce que tu fais très rarement si j'en juge par le décalage de tes nombreuses réactions à côté de la plaque) mais la question de la publicité et des données personnelles.

      A un moment donné, comment dire ?
  • 
  • Valable aussi pour toi qui n'a manifestement pas bien lu l'article !

    « Et les affaires de justice ne sont pas encore terminées pour Facebook en Allemagne, où l’office anti-cartel doit statuer sur un éventuel abus de position dominante. (...) » (Zdnet)

    Quand Yveslegault parle de monopole, c'est juste et logique.
    Il est évident que facebook constitue un « monopole » dans son activité (réseau social) au sens de la loi.
    Pour info : « Troisième site web le plus visité au monde (...) »(Wikipedia) c'est un bon argument devant un juge !

    Et toujours d'après Wikipedia :
    « En France, Facebook parvient à réduire de 99 % ses impôts en envoyant ses profits aux îles Caïmans (...) »
    J'en conclu que comme le dealer de la cité, le grand banditisme, proxénète... facebook ne paye pas d'impôts !
publicité