En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies… Fermer

publicité

Linux est sous votre capot


Open Source : BMW, Chevrolet, Honda, Mercedes et Tesla ont toutes une chose en commun en plus de faire des voitures : leurs véhicules fonctionnent tous sous Linux.

 

En 2004, Jonathan Schwartz, alors directeur des opérations de Sun, suggérait que les voitures pourraient devenir des plateformes logicielles de la même manière que les téléphones portables. Il avait raison. Mais, c'est Linux, et non Java, qui profite le plus des "voitures intelligentes".

Linux et les logiciels open-source sont assez souples pour fournir une pile logicielle complète à n'importe quel matériel, que ce soit un supercalculateur, un smartphone ou une voiture. D'autres concurrents sont en lice, tels que QNX de Blackberry et Microsoft IoT Connected Vehicles, mais tous deux ont perdu du terrain face à Linux.

Les constructeurs deviennent des éditeurs de logiciels

Audi bascule sur un système basé sur Linux, Android. Quant à Microsoft, il a perdu son plus grand client dans l'industrie automobile il y a des années : Ford. Aujourd'hui, comme me l'indiquait récemment Dustin Kirkland, alors vice-président des produits Canonical et désormais responsable des produits Google Cloud, "Ubuntu est dans la Tesla."

"Nous soutenons les constructeurs automobiles, mais Tesla a suivi sa propre voie. Tesla était tellement en avance que cela ne me surprend pas qu'ils aient fait leur propre chose. Mais Canonical s'attend à ce que la plupart des constructeurs automobiles travaillent avec les distributeurs Linux pour concevoir des systèmes d'exploitation qui se développent sur les véhicules de masse.

Une grande partie de ce travail est réalisée via l'Automotive Grade Linux (AGL). Cette organisation soeur de la Linux Foundation est un partenaire incontournable des constructeurs automobiles engagés dans Linux. Ses membres comprennent Ford, Honda, Mazda, Nissan, Mercedes, Suzuki et un des plus grands constructeurs au monde : Toyota.

"Les constructeurs automobiles sont en train de devenir des éditeurs de logiciels, et tout comme dans l'industrie technologique, ils réalisent que l'open source est la voie à suivre" considère Dan Cauchy, directeur exécutif d'AGL.

Les fabricants de voitures savent que, même si la puissance reste un argument de vente, les clients veulent également des systèmes d'infodivertissement intelligents, des dispositifs de sécurité automatisés et, éventuellement, des voitures autonomes.

L'AGL contribue à l'émergence de cette nouvelle génération de voitures intelligentes au travers de son code source d'infodivertissement et de son kit de développement logiciel (SDK) AGL Unified Code Base (UCB) 4.0.

UCB est basé sur Yocto 2.2, un ensemble d'outils pour créer des images pour les systèmes Linux embarqués. L'AGL s'étend au-delà de l'infodivertissement pour développer des profils de logiciels utilisant l'UCB pour la télématique, le bloc d'instrumentation et l'affichage tête haute (HUD).

Pour soutenir ces nouveaux projets, l'AGL a formé un nouveau groupe, Virtualization Expert Group (EG-VIRT), chargé de définir un hyperviseur et de développer une architecture de virtualisation AGL qui accélèrera le temps de mise sur le marché, réduira les coûts et augmentera la sécurité.

La reconnaissance vocale en voiture se prépare sur Linux

L'AGL travaille également sur la reconnaissance vocale et la connectivité du véhicule avec le cloud. Dirigé par Amazon Alexa, Nuance et Voicebox, le groupe Speech Expert fournira des conseils sur les technologies vocales, notamment le langage naturel, les outils de développement grammatical, la voix embarquée vs cloud, le traitement du signal pour la réduction du bruit et l'annulation d'écho.

Tesla, cependant, continue à suivre son propre chemin. Sous le capot, Tesla poursuit néanmoins son aventure Linux. Avec la mise à jour 8.1 (17.24.30), Tesla a mis à jour son noyau Linux, de l'archaïque 2.6.36 à la version 4.4.35.

L'AGL n'est pas le seul groupe à intégrer Linux et les voitures. Le consortium SmartDeviceLink (SDL), qui comprend Ford, Toyota, Mazda et Suzuki, travaille sur un logiciel libre basé sur Linux pour permettre aux smartphones et aux voitures de fonctionner de concert de manière fluide.

Dans le même temps, Google développe son propre Linux pour les voitures : Android Auto. Google participe ainsi à l'Open Automotive Alliance. La firme espère faire renaître, avec les voitures, la magie de l'Open Handset Alliance, qui a permis la domination d'Android sur smartphone. Ces nouveaux partisans de l'alliance comprennent Acura, Audi, Cadillac, Ford, GMC, Honda, Hyundai, et de nombreux autres acteurs de l'industrie automobile.

Et les voitures ne sont pas seules à fonctionner sous Linux. Lyft, le service de covoiturage, "fait tourner Ubuntu depuis le premier jour, du serveur au poste de travail en passant par le cloud" souligne Kirkland. La société utilise également Ubuntu au sein de son équipe voiture autonome.

Kirkland ajoute : "Les principaux équipementiers automobiles, comme Bosch et Continental Auto Parts, utilisent de plus en plus Ubuntu IoT dans leurs composants. En outre, le fabricant de GPS "TomTom utilise Ubuntu sur son back end."

Et si demain, les amoureux de tuning modifiaient le logiciel de leurs voitures plutôt que les jantes ou d'autres composants ?

Article "Linux is under your hood" traduit et adapté par Christophe Auffray, caiaibo.com

  • A lire,

Mais combien sont les utilisateurs de Linux ? 

Articles relatifs

Contenus sponsorisés

Contenus partenaires

Réagissez à l'article

9 réponses
Connectez vous ou Enregistrez-vous pour rejoindre la discussion
    
  • "Mais, c'est Linux, et non Java..."


    C'est quoi le rapport entre les 2 ?
    C'est comme si vous nous dites que rouler dans une BMW, c'est mieux que de rouler en Diesel...
    Oui, mais non...
      
    • A l'époque Sun pensez que java serait partout même dans les voitures, aujourd'hui on se rend compte que c'est le noyau Linux qui se trouve partout voir même dans votre micro-ondes.
  • 
  • Je comprends, mais c'est quand même bizarre ce genre la juxtaposition de la domination de linux sur Java dans les voitures...

    Du moment, c'est de Linux, y a forcément un bout de Java.
    Les Linux modernes ne sont pas 100% C/C++ pur boeuf, et encore moins les soft qui tournent dessus.

    Pour reprendre mon analogie plus haut, certains modèles de BMW roulent (encore) en Diesel...
  • 
  • "Du moment, c'est de Linux, y a forcément un bout de Java."
    Oui, les linux se sont pas codés en C/C++, il a aussi de l'assembleur et d'autres comme le Rust qui fait doucement son apparition mais en aucun cas du Java surtout au niveau du kernel.
    Même à l'heure actuelle peu de distribution pré-installent l'environnement java.
  • 
  • D'ailleurs il faut savoir aussi qu'à quelques exceptions près la grande majorité des composants chipsets, asics, synthés détecteurs... sont d'abord testés sous linux avant que les pilotes soient adaptés à d'autres systèmes, je lis de temps à autres qu'il y aurait des difficultés à trouver certains pilotes pour gérer des bécanes (terminaux ou périph) ce n'est vrais que pour d'anciens appareils de plus en plus rares car la plupart du temps les sources existent pour Linux avant même Win.
  • 
  • Aujourd'hui, on nous recommande de ne pas surfer sur certains sites pour ne pas risquer d'être infecté.
    Et pour les voitures, frigos, chaudières, ... ? Désactiver le "bluetooth" ?

    "certes nos voitures sont piratables, mais nous avons un patch de sécurité tout chaud pour vous"
    http://caiaibo.com/actualites/jeep-piratee-le-constructeur-publie-un-patch-de-securite-39822794.htm

    Hack direction, freinage, éclairage, moteur, bluetooth
    http://www.exploit-db.com/docs/english/27404-adventures-in-automotive-networks-and-control-units.pdf
      
    • Oui c'est leur implémentation de leur logiciel de la gestion du véhicule qui est pourri, pas forcément Linux.
    • 
    • C'est leur logiciel de contrôle du véhicule qui n'est pas sécurisé, pas forcement de la faute de Linux. Mais en France, pas de problème : Renault à choisi Windows pour piloter ses véhicules, pas de soucis de sécurité ;-)
    • 
    • C'est leur logiciel de contrôle du véhicule qui n'est pas sécurisé, pas forcement de la faute de Linux. Mais en France, pas de problème : Renault à choisi Windows pour piloter ses véhicules, pas de soucis de sécurité ;-)

      Bon sang : uBlock désactivé, Ghostery désactivé et mes réponses ne passent pas.
publicité