En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies… Fermer

publicité
BNP Paribas

Prêts à inventer la banque de demain ? Venez relever le défi avec BNP Paribas !


Technologie : Acteur majeur de la transformation numérique, le Groupe bancaire recrute un grand nombre de profils dans les nouvelles technologies, la data et le marketing digital. Avec son programme Digital Path, BNP Paribas propose à dix jeunes diplômés d’exercer leurs talents au sein de ses différentes entités. Une immersion concrète et inédite dans la banque d’un monde qui change !

Engagé dans un vaste plan de transformation numérique, BNP Paribas se fixe une ambition de recrutement particulièrement soutenue. La première banque de la zone euro affiche plus de 700 recrutements sur les métiers du numérique en 2017 et envisage plus de 800 embauches en 2018.

BNP Paribas

Les postes à pourvoir sont principalement liés à la data (data scientist, data analyst, développeur big data…), aux nouvelles technologies (expert DevOps, développeur java ou full stack…) et à la cybersécurité (chef de projet sécurité, spécialiste en risques IT, analyste sécurité…).

Cette politique active de recrutement s’inscrit dans le cadre du plan stratégique 2017-2020 qui fait du numérique un levier de développement incontournable. Le Groupe y consacrera l’essentiel des trois milliards d'euros d’investissement prévus sur trois ans comme l’a confirmé aux Echos
Jean-Laurent Bonnafé, son directeur général.

La force d’un Groupe, l’agilité d’une startup

Les profils visés étant particulièrement courtisés, BNP Paribas part dans cette guerre des talents avec un grand nombre d’atouts. Il allie la force et la pérennité d’un grand Groupe à l’agilité et la capacité d’innovation des startups.

« Par la diversité de nos métiers, nos projets sont extrêmement variés, avance Maxime Boulesteix, analyste stratégique au sein de BNP Paribas International Financial Services (IFS). Ils touchent au digital, à la data ou au développement de nouveaux services, dans une approche aussi bien BtoC que BtoB. Notre terrain de jeu est immense. Peu d’entreprises au monde peuvent proposer cela. » Par ailleurs, il note qu’avec la dimension internationale du Groupe, les projets ne se limitent pas à la France.

Selon lui, Il faut oublier les stéréotypes associés aux lourdeurs supposées des grands groupes. BNP Paribas intègre de nouvelles méthodes de travail et d’organisation pour la mise en en place de ses projets de transformation. A savoir, par exemple, l’utilisation de méthodes agiles et la constitution de « core teams » (6 à 8 personnes) travaillant sur des projets n’excédant pas six mois.

« Un développeur, un data scientist, un UX designer et un expert métier se retrouvent autour de la table. Chacun participe à l’ensemble du projet, de l’idéation à la livraison, et pas seulement à des bouts de projet », se réjouit Maxime Boulesteix. « Ces projets structurent un parcours professionnel, lui donnent du sens. Les personnes qui nous rejoignent sont assurées de ne pas faire la même chose toute leur vie », renchérit Emilie Murcia, talent & project manager au sein du Groupe.

Elle rappelle, par ailleurs, qu’avec le plan stratégique 2020, le Groupe alloue des budgets et des ressources importants au développement de ses salariés. « Nous proposons un large éventail d’opportunités de parcours professionnels qu’une startup d’une vingtaine de personnes ne peut offrir. Nos collaborateurs constituent notre principal actif dans la transformation en cours ».

Une réelle stratégie d’open innovation

BNP Paribas mène également une politique active d’open innovation. L’établissement a créé un large écosystème, en France comme à l’étranger, constitué de startups, d’écoles, d’universités et de fonds d’investissement. Le Groupe a récemment renforcé son partenariat avec la plateforme d’innovation américaine « Plug and play » en lançant un programme d'accélération Fintech et Insurtech à Paris. Il est notamment question de blockchain et de nouveaux moyens de paiement. Dans cette stratégie d’open innovation, les attentes du client final sont intégrées à la réflexion tout au long du process, indique Maxime Boulesteix. « Son avis est pris en compte à toutes les étapes du projet. Tous nos projets sont systématiquement « customer centric ». »

Les projets sont multiples, de la création d’un « API Store » (interfaces de programmation) pour faciliter les interactions en interne et en externe, à la mise en place d’un robo-advisor (via notamment la prise de participation majoritaire dans la fintech belge Gambit Financial Solutions) pour conseiller ses clients en solutions d’épargne.

Un parcours immersif de 18 mois pour dix jeunes diplômés

BNP Paribas innove également dans l’intégration des talents avec un nouveau programme baptisé Digital Path. Embauchés en CDI, dix jeunes diplômés vont suivre, à partir du 15 janvier prochain, un parcours immersif de 18 mois. Au cours de trois missions de six mois chacune, ils appliqueront leur domaine d’expertise dans les différentes entités d’IFS que sont Personal Finance, International Retail Banking, Cardif, Wealth Management, Asset Management et Real Estate. Cette rotation leur donnera une vision transverse des métiers du Groupe. « Les missions et projets d’un data scientist diffèrent en fonction du secteur d’activité, comme celui de l’asset management, de l’immobilier ou de l’assurance », analyse Maxime Boulesteix.

Les heureux élus de cette première promotion seront issus des filières du marketing digital (growth hacker, chef de projet digital, content marketing), de la data (data analyst, data scientist) et des nouvelles technologies (product owner, développeur, UX designer). Bien qu’ individuellement sur des missions différentes, ils se retrouveront à intervalles réguliers pour travailler ensemble et apprendre les uns des autres. Cela permettra aussi de créer un esprit de corps.

A l’issue de leur cursus, ces jeunes recrues deviendront des acteurs de la transformation du Groupe. « Dotés d’une vision globale, ils pourront diffuser un état d’esprit propice à l’innovation au sein des équipes. Il s’agit de promouvoir de nouvelles façons de travailler en mode collaboratif et d’aborder les projets selon les méthodes agiles afin de fluidifier la circulation de ces bonnes pratiques au sein des six métiers d’IFS », se réjouit Emilie Murcia.

Pour concevoir le programme Digital Path, la fonction RH est allée à la rencontre des équipes métiers pour identifier les profils dont elles avaient besoin. Un benchmark interne et externe a été aussi mené sur des graduate programs comparables. « Pour autant le parcours n’est pas figé, complète-t-elle. Nous solliciterons l’avis de cette première promotion pour itérer, progresser et réajuster si besoin. »

Des jeunes diplômés recrutés pour leurs « soft skills »

Au regard de l’ambition portée par Digital Path, le processus de recrutement est plus sélectif et exigeant qu’un circuit classique. Depuis début octobre, les candidats postulent en ligne. S’en suit, toujours en ligne, un test de rapidité et de logique. Les postulants retenus suivent alors deux entretiens, l’un mené par les RH, l’autre par un ou deux managers opérationnels. Les profils « technos » (data et nouvelles technologies) suivent en plus un test technique.

Pour Maxime Boulesteix, la sélection se fait davantage sur les profils que sur les CV. « Nous cherchons des esprits curieux, ouverts et évolutifs qui s’enrichiront des apports de notre écosystème ».  Il dit se méfier des buzzwords et du flou autour de certains nouveaux métiers. « Les technologies évoluent tellement vite que très peu de personnes peuvent se revendiquer experts à un instant t ou savoir si ces métiers existeront encore dans deux ans ». A ses yeux, il s’agit davantage d’être agile intellectuellement, pour se frotter aux réalités d’aujourd’hui tout en se projetant dans le monde de demain. La transformation numérique passe avant tout par un état d’esprit et représente une aventure culturelle et humaine !

Articles relatifs

Contenus sponsorisés

Contenus partenaires

Réagissez à l'article

1 réponse
Connectez vous ou Enregistrez-vous pour rejoindre la discussion
    
  • C'est tout beau tout proppre dans la publicité mais la réalité est différente ; http://www.lemonde.fr/paradise-papers/article/2017/11/06/avant-les-paradise-papers-dix-ans-d-enquetes-financieres-et-ce-qu-elles-ont-change_5210858_5209585.html
publicité